MACBI

Appel de la « Campagne Marocaine pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël » (MACBI)

Forte de la décision de Trump de considérer AL QODS comme « capitale d’Israël », la Knesset a voté une nouvelle loi constitutionnalisant l’Etat d’Apartheid. Ce même texte légitime la poursuite du cours de la Nakba : il donne force de loi au nettoyage ethnique et à la spoliation des terres palestiniennes pour multiplier les colonies de peuplement juif. Cette loi est un autre pas qui renforce la tentative de rayer le peuple palestinien de la carte en le privant de son droit imprescriptible à l’autodétermination sur sa terre.

La normalisation légale de ces crimes contre l’humanité déjà pratiqués au quotidien par l’Etat d’Israël nous renvoie à l’autre normalisation : celle des relations sur tous les plans que les régimes les plus corrompus du monde arabe, ainsi que les individus dépourvus de conscience et d’esprit de justice, développent avec l’occupation.

Répondant à l’appel du 9 juillet 2005 de la société civile palestinienne (dit appel du BDS – Boycott des produits de l’occupant, Désinvestissement, et Sanctions internationales contre l’occupation), nous, citoyennes et citoyens marocain-e-s, artistes, universitaires, sportif-ve-s, journalistes, intellectuel-le-s, travailleur-se-s des arts du spectacle, exprimons notre entière solidarité avec le peuple frère de Palestine dans sa lutte pour la défense de ses droits nationaux légitimes et inaliénables, contre l’occupation, la colonisation et le régime d’apartheid et déclarons :

a/ Le lancement de la « Campagne Marocaine pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël » (MACBI), à l’exemple du TACBI tunisien et d’autres initiatives similaires à travers le monde. Ces campagnes pérennes s’inscrivent dans le cadre initié par l’appel de la « Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël » (PACBI, 2004).

b/ notre engagement à nous opposer à toutes les formes de normalisation des relations, publiques ou privées, de notre pays avec l’État colonial sioniste, notamment celles spécifiquement académiques, universitaires, sportives, culturelles, et artistiques. Dans ce cadre, nous appelonsnos collègues, au Maroc et dans l’émigration, à se joindre à notre action, et à s’engager :

  1.  à condamner, s’opposer et boycotter et appeler à boycotter toute activité de quelque nature quelle soit (académique, culturelle, sportive, …) organisée ou coorganisée par les institutions de l’occupation, que ce soit en Palestine, au Maroc ou ailleurs ;
  2.  à rejeter toute invitation, financement ou bourse émanant de toute institution liée à l’occupation de la Palestine ; et ainsi à refuser toute forme de coopération académique, scientifique, culturelle, avec les organismes, de recherches qui sont sans exception impliquées dans des activités au bénéfice de l’armée d’occupation.
  3.  à agir, à travers les activités des associations à caractère académique, sportif ou culturel et les syndicats professionnels, pour promouvoir les prises de position publiques contre la normalisation des relations avec l’Etat Sioniste.
  4.  à prôner, au niveau international, avec les artistes, universitaires, journalistes, intellectuel-le-s, sportif-ve-s, travailleur-se-s des arts du spectacle de tous les pays, le boycott des institutions académiques, scientifiques, artistiques, culturelles, sportives et médiatiques de l’occupation, tel qu’il découle des principes universels des Droits Humains et du Droit Humanitaire International, et des appels du BDS et du PACBI.
  5.  à se solidariser avec nos collègues palestiniens dans leur lutte pour la défense de leur droit à l’enseignement et à la liberté académique, et pour l’encouragement de leur production culturelle et artistique.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *